Shantun, caverne d’Ali Baba à deux pas de la place Gambetta
Cette semaine nous avons déniché une nouvelle pépite près de la place Gambetta : Shantun et sa charmante gérante Sylviane.  Intrigués par le nom, nous sommes entrés. Tout sourire, Sylviane nous a accueillis avec bienveillance.

 

 Pourquoi ce nom,  Shantun ?
J’ai repris ce fonds de commerce à un Japonais, la boutique s’appelait  Yoshikino (« à la manière de » en français).  J’ai poursuivi la vente de ses collections de très beaux meubles anciens en résine et de tissus asiatiques originaux. Je cherchais donc un nouveau nom d’enseigne à consonance asiatique. Le nom de la soie sauvage en Chine, Shantung,  me paraissait  chantant et accrocheur. Mais comme Shantung existait déjà, j’ai choisi  Shantun qui est l’orthographe anglo-saxonne de la soie sauvage.

 

Comment vous est venue l’envie d’ouvrir cette boutique de cadeau ?
Je travaillais dans la technologie et je souhaitais un métier avec plus de communication et de liberté. J’adore la décoration et le design et je voulais m’installer dans ce quartier où j’ai toutes mes attaches, j’y suis née.
Mon défi a été de mélanger les  objets anciens  de mon prédécesseur avec  des choses plus contemporaines, de mixer des influences d’Orient et d’Occident et de les faire bien vivre ensemble. Mais je reste une femme (ah ! ah !), alors j’ai  eu envie d’ajouter des accessoires féminins.

 

Vous nous faites visiter ?
Nous voyageons ici entre deux univers. Si on regarde à gauche,  on est sur tout l’univers de la maison et à droite,  l’univers de l’accessoire féminin. Je propose deux genres  de bijoux : d’un côté des bijoux fantaisie à prix abordables, mais je ne les prends qu’en quantité limitée et j’en change sans cesse. Je travaille aussi avec des créateurs pour des pièces uniques. Des pierres de Swarovski  re-designées, des bijoux Touaregs, une artiste qui travaille l’or fin, des bijoux Bola créés en France qui ont une longue et internationale histoire de transmission et qui sont offerts aux femmes enceintes par exemple.  On termine la balade des bijoux à Venise avec les bijoux du Murano fabriqués selon la tradition du verre soufflé.
Au milieu, c’est un espace qui change chaque semaine en fonction de la saison, de mon envie et de mon humeur, afin de garder un esprit tout le temps vivant. Je n’ai pas de stocks,  je fais du réassort chaque semaine.

 

Quelle relation entretenez-vous avec le quartier ?
Je suis née là, je connais l’histoire de toutes les boutiques de cette rue. C’est une vraie boutique de quartier, la majorité de ma clientèle ce sont des gens du coin, que des gens qui m’ont connue il y a quelques années, qui sont partis mais qui reviennent ! (rires). Il y a pas mal de petits commerces qui ont fermé ces deux dernières années mais depuis quelques mois, j’en vois rouvrir, avec de nouveaux concepts. Le quartier mute et rajeunit, il est très familial, il a une histoire et il la garde. Il y a une belle mixité générationnelle. On est très bien dans ce quartier, j’espère que ça  durera.
 J’ai de la chance de travailler dans ce quartier. L’aventure humaine est très belle et l’échange est réel.
> Shantun, 75 avenue Gambetta, Paris 20e
Page Facebook