Les Enfants sur le Toit, librairie jeunesse du 18e
Librairie Les Enfants sur le Toit, 22 rue Ramey 75018 Paris

Les Enfants sur le Toit, librairie jeunesse du 18e

Bienvenue chez « Les Enfants sur le toit », une librairie pour les enfants (mais pas que !) gérée par Corinne.

 

Parlez-nous des « Enfants sur le toit »

A son ouverture en 2009, la librairie avait été pensée uniquement pour les enfants,  avec en plus des livres, la vente de jeux et de jouets. Mais l’offre s’est adaptée à l’évolution du quartier.  On propose aujourd’hui des livres qui vont des tous petits aux adultes.

Le coin des livres pour les parents est né il y a environ 5 ans. Ils peuvent y trouver notre sélection mais aussi commander des livres qu’ils ne trouvent pas dans la librairie. Notre point fort est que nous recevons rapidement les commandes et cela plait beaucoup.

Sinon, nous avons beaucoup d’adolescents qui viennent et c’est notre grande fierté, parce que les adolescents sont un lectorat assez difficile à garder. Ce sont d’anciens enfants devenus adolescents qui nous sont restés fidèles, car on a établi une relation de confiance avec eux. Ce sont aussi des adolescents que nous avons bien conseillés et qui reviennent. Je fais donc très attention à la littérature adolescente que je trouve très passionnante. Je prends le temps de lire les livres que j’ai choisis, car c’est important de les informer en cas de sujets sensibles abordés dans le livre.

 

Quelle est votre histoire avec le secteur du livre ?

J’ai eu plusieurs vies mais j’ai grandi avec beaucoup de livres. Ma mère était libraire et je suis issue d’une famille d’enseignants, ce qui joue beaucoup aussi. J’ai été un temps éditrice mais j’ai fini par ouvrir ma librairie car c’était l’un de mes rêves et j’en suis très heureuse.

 

Comment sélectionnez-vous les livres que vous mettez en rayon ?

Les représentants des maisons d’édition viennent me voir et en fonction de ce qu’ils me proposent, je décide ce qui peut intéresser mes clients. J’ai la chance de pouvoir choisir ce que je vais vendre. Et pour les éditeurs que je ne vois pas en direct, je travaille sur catalogue. Il faut commander et choisir bien en amont.

Que proposez-vous ici en plus des livres  ?

Nous proposons beaucoup d’ateliers. Il y a par exemple un atelier d’art plastique, un atelier d’éveil musical et de lecture d’album et un atelier de lectures pour adolescents. Nous faisons aussi des signatures d’auteurs au moins une fois par mois.

Pour les tous petits, on a aussi des jeux et des jouets pour favoriser encore plus leur éveil. Il y a des doudous, des peluches et quelques autres articles qui plaisent aux clients fidèles.

 

D’où est venu le nom de la boutique ?

En fait, nous étions deux à créer cette librairie. Cela nous est venu comme ça assez rapidement. Nous avions un peu peur de choisir ce nom mais finalement ça plait beaucoup et ça se retient facilement !

Que pourriez-vous dire aux gens qui achètent leurs livres sur internet ou dans la grande distribution afin de les convaincre de fréquenter votre librairie ?

Ce qui est primordial, c’est le conseil et la solution qu’on propose. En effet, on a constaté que souvent un client qui entre dans une libraire ne sait pas quoi acheter ou offrir et on va pouvoir lui proposer une sélection en littérature, lui permettre de feuilleter les livres et de créer des coups de cœur en les ouvrant. Nous jouons un rôle important qui est différent dans les grands commerces où le client doit se débrouiller tout seul par manque de temps du vendeur ou même de son absence. Il faut rappeler aux clients que le livre a un prix unique, il est le même partout.

 

Quel est selon vous le rôle du commerce de proximité ?

Je suis membre de l’association des commerçants du « Village Ramey ». Nous sommes amoureux de notre quartier et voulons aider à le rendre encore plus agréable. Nous nous sommes par exemple récemment engagés dans un projet de végétalisation de la rue.

Dans ce quartier, il y a une réelle prise de conscience de l’importance du commerce de proximité. Les gens sont bienveillants et font réellement l’effort d’acheter ou de commander dans les petits commerces. Et ça, c’est fantastique et encourageant pour le futur.

> Les Enfants sur le Toit, 22 rue Ramey, Paris 18e
Page Facebook